LA PROBLEMATIQUE DE LA PRISE EN CHARGE DES ULCERES DE JAMBE DREPANOCYTAIRES AU CMMASS

Drs KIBADI KAPAY, KALUILA MAMBA, ATHOMBO SUNA, ANDROZO MUSANZI

 
Le diagnostic d’un ulcère de jambe drépanocytaire ne pose, en général, pas de problème au praticien expérimenté. La complexité thérapeutique constitue souvent un obstacle qui peut s’avérer insurmontable. Des ulcères drépanocytaires qui résistent à la thérapie en sont, inévitablement, la triste conséquence.


Pour le drépanocytaire congolais, le long calvaire, découlant parfois de la perte de la fonction et de difficultés financières pour une accessibilité aux soins, complique encore cette prise en charge.

L’anémie SS peut, en tant que maladie systémique, contribuer au développement d’un ulcère de la jambe dans des zones de faible résistance, mal vascularisées (péri malléolaires). Les troubles de viscosité constituent des facteurs favorisants.

En République Démocratique du Congo, l’ampleur de ce fléau reste inconnue, faute d’une enquête à échelle nationale. Au Centre de Médecine Mixte et d’Anémie SS de Kinshasa, unique institution médicale spécialisée dans la recherche et le traitement de l’anémie SS, les ulcères de jambe drépanocytaires sont de plus en plus rencontrés. Ils frappent davantage les sujets jeunes (10-30 ans) des deux sexes.